La culture du chiffre, ras le bol !

En plein désert

A noël, je suis allée randonner avec un groupe dans le désert de Judée en Cisjordanie. A la fin de chaque journée, une randonneuse donnait le nombre de kilomètres effectués et le nombre d’étages montés. Ces données lui provenaient de son Iphone. J’étais effarée qu’elle puisse mesurer la performance de sa randonnée avec des indicateurs. Nous étions au milieu du désert entre Jérusalem et la Mer Morte et elle était ravie d’avoir monté 20 étages. Évidemment, il n’y avait pas d’immeuble dans un désert. Son besoin de mesurer la performance de sa randonnée m’a interrogée.

Que veut dire ce comportement sur la société dans laquelle nous vivons ?

Cette randonneuse ne me semble pas avoir de recul sur le monde. Si son téléphone lui donnerait un autre indicateur, elle l’utiliserait. Elle se réjouirait ou non d’avoir monté 3 tours Eiffel ou descendu 30 caves.

Mesurer, c’est se rassurer

Je pense que mesurer sert à se rassurer, se comparer à un modèle et se dire que l’on est performant par rapport à un référentiel défini qu’il soit utile ou non, idiot ou pas ?

La culture du chiffre

Plus généralement, nous sommes dans une culture du chiffre. Dans tous les domaines, le chiffre domine.

Un des meilleurs exemples est le sport. Aujourd’hui, lors d’un match de football, nous sommes envahis par la statistique, par exemple, le temps de possession de balle d’une équipe. Est-il utile de savoir que le PSG a un temps de possession de balle plus important que son adversaire ? L’important n’est-il pas d’apprécier le geste du footballeur sur le terrain et non de connaître les statistiques pendant le match.

Dans le monde de l’entreprise, le chiffre est devenu la sacro sainte information. Nous passons une partie de notre temps à justifier nos résultats, à faire dire au chiffre ce que l’on souhaite et non à se consacrer sur notre vision et nos objectifs pour être performant.

Le chiffre, une nécessité mais pas l’essentiel

Il peut être nécessaire comme référence mais doit rester un élément parmis d’autres données non chiffrées et être utilisé à bon escient et pas systématiquement.

A votre avis, allons-nous devenir accro au chiffre en tout lieu et à tout moment ?

Laisser un commentaire