Compostelle : une sacrée aventure

Le 1er janvier 2017, je me suis trouvée, par hasard à Roncevaux. L’idée est venue de faire Compostelle en écoutant une femme raconter son chemin. J’ai décidé de prendre le temps de marcher et de revenir à pied à Roncevaux.

Gréalou – juillet 2017

Quelle idée !

Mes joies dans la vie sont randonner, m’émerveiller de la beauté des paysages ainsi que de rencontrer des personnes.

Je fais partie de ces parisiennes qui courent mais qui ne savent plus trop après quoi, si ce n’est le temps qui passe (trop vite). Je suis au milieu de ma trentaine. Je questionne beaucoup le sens de la vie : à quoi ça sert de vivre ? Pourquoi sommes-nous en vie ?

Aller marcher sur ce chemin millénaire pendant plusieurs semaines et sortir de mon quotidien devaient, peut-être, m’aider à trouver des réponses.

Seule

Dès le départ, j’ai voulu mener ce projet seule. C’était mon choix, hors de question de m’adapter avec quelqu’un d’autre.

Je randonne plusieurs fois par an, en France : le tour du Mont Blanc, le chemin de Stevenson ou à l’étranger en Grèce, en Asie. J’ai une bonne expérience de la marche et de la régulation de l’effort.

En revanche, j’ai toujours marché en groupe et en portant mes affaires de la journée.

Prendre le départ de Saint Jacques est donc un double défi : marcher seule et porter toutes mes affaires sur le dos.

Fromage pélèrin

Jour de l’été 2017

J’ai décidé de partir symboliquement le 21 juin 2017. Jour de l’été pour 8 semaines.

Voie du Puy ou via Podiensis

En regardant les différents itinéraires du chemin en France, j’ai vite choisi de faire la voie du Puy en Velay, nommée la via podiensis. C’est la portion la plus connue et la plus fréquentée. De plus, c’est un chemin de Grande Randonnée (GR65).

Alors Roncevaux ?

J’ai marché, trois semaines, du Puy en Velay à Auvillar, soit à peu près 450 km. Mes genoux et mon cerveau n’ont plus allé plus loin.

Pourquoi partager cette aventure ?

Demain, ça fera neuf mois que j’ai pris le départ du chemin et je peux dire que ma vie a changé. J’ai trouvé des réponses à mes questions. J’ai trouvé un sens à ma vie. De nouvelles questions sont apparues, j’ai très envie de continuer en 2018.

Je partage mon parcours, mes astuces et toutes les références utilisées.

Si vous tombez sur ces pages, c’est que vous êtes sûrement intéressés pour le faire. Allez-y ! Le chemin est accessible à tous. Chacun son rythme, sa façon de le faire : par petits bouts, en une fois et pour ses propres raisons : spirituelle, sportive, seul ou en groupe …

Enfin, comme le dit, l’hébergeur du Repos du pèlerin à Monistrol : « Le chemin, c’est la liberté. ».

Conseils pratiques :

Préparer sa marche :

Agence de voyage spécialisée :

Autres articles :

18 commentaires sur “Compostelle : une sacrée aventure

Laisser un commentaire