Modern lovers de Emma Straub

Modern Lovers Emma Straub

Résumé du site de la maison d’éditions 10/18

Au cœur de Brooklyn, quartier le plus trépidant de New York, vivent Elizabeth, Andrew et Zoë. Amis depuis l’université et maintenant voisins, ils sont une petite bande unie et vivent une tranquille petite vie de famille. Andrew et Elizabeth ont eu Harry, et Zoë partage la vie de Jane avec leur fille Ruby. Pourtant, tous s’apprêtent à traverser un été incroyablement turbulent.
Entre crise d’ado et crise de la quarantaine, crise de couple et crise existentielle, crise de larmes et crise de rires, l’été s’annonce riche en surprises et en révélations.

Fade !

J’ai acheté ce livre un peu par hasard en lisant une critique dans BIBA. Ce livre me laisse assez indifférente. Je ne me suis pas attachée aux personnages. Malgré le cadre moderne de ces deux couples et leurs enfants, l’intrigue reste moyenne rien de transcendant. Pourtant, c’est bien écrit et la construction du roman est intéressante : de courts chapitres avec l’alternance des personnages et une fin différente. Ce roman pourrait servir de base à une comédie américaine ou à une série télévisée.

En fait, il n’y a pas grand chose à retenir, juste le plaisir de lire cet extrait : « Tout est une question de timing – c’est de plus en plus en évident en vieillissant, quand on comprend enfin que l’univers n’est pas fait pour être cohérent. Il n’y a pas d’ordre, pas de plan. Tout dépend de ce qu’on a mangé au petit déj, de l’humeur dans laquelle on traverse tel couloir, de l’haleine d’untel au premier baiser. Le destin n’existe pas. La vie est une série d’aléas et de hasard, reliés par une soif d’organisation. »

Je partage le point de vue de l’auteur : dans la vie, tout est question de timing pour les choses importantes : trouver le bon job, le bon mec. Cette vision permet de relativiser les ennuis et les dysfonctionnements. Si cela ne devait pas se faire, c’est que ça ne devait pas. Rien ne sert de forcer les choses.

Les héroïnes Jane et Zoë tiennent un restaurant le Hyacinth,je crois que ce livre est un plat sans épice : fade 

Avez-vous lu et aimé ce livre ?

Recommandations littéraires

  • la vie quotidienne des mamans de l’Upper East Side : Les primates de Park Avenue de Wednesday Martin (blog)
  • Manhattan dans le début des années 70 : Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre (blog)
  • Le New-York artistique dans les années 1910 : Gabriële de Anne et Claire Berest (blog)

Référence du livre

Modern lovers de Emma Straub aux éditions 10/18

Autres articles sur le blog

4 commentaires sur “Modern lovers de Emma Straub

Laisser un commentaire