Sombre dimanche d’Alice Zeniter

Sombre dimanche d'Alice Zeniter
Sombre dimanche d’Alice Zeniter

Résumé de la maison d’édition Le livre de poche Sombre dimanche :

Une maison en bois près de la gare Nyugati, à Budapest. C’est là, au bord des rails, que les Mándy vivent de génération en génération. Le jeune Imre grandit dans un univers opaque, mélancolique, de non-dits et de secrets, où Staline est toujours tenu pour responsable des malheurs de la famille. Même après l’effondrement de l’URSS, qui fait entrer dans la vie d’Imre les sex-shops, le consumérisme, et Kerstin, une Allemande, incarnation de l’Ouest libre et heureux. Car si le régime a changé, Imre sait bien que ce bonheur-là n’est pas pour lui. Un roman à la poétique singulière, tout en dégradés de lumière et nostalgie, qui peint et révèle les êtres dans leurs contradictions et leur fragilité..

L’âme hongroise

Dans Sombre dimanche, Alice Zeniter raconte l’histoire contemporaine de la Hongrie à travers la famille singulière d’Imre. L’auteure a un talent fou. Elle sait partager son goût de la grande Histoire en nous plongeant dans les histoires quotidiennes de ces personnages. Après avoir beaucoup aimé l’Art de perdre, j’ai aimé Sombre dimanche. Vivement le prochain.

Vous l’avez lu et aimé ?

La référence du livre

Sombre dimanche d’Alice Zeniter aux éditions Le livre de poche

Prix du Livre Inter – Prix des lecteurs de l’Express – Prix de la Closerie des lilas

Un autre livre de la même auteure

L’Art de perdre

L'art de perdre de Alice Zeniter
L’art de perdre de Alice Zeniter

L’histoire est captivante, sans longueur et le style est facile. L’autrice raconte l’histoire de la famille Zekkar sur trois générations : le grand-père Ali, ancien combattant de la deuxième guerre mondiale et harki, le père Hamid et Naïma la petite fille.
Ce livre questionne fortement la question du choix et de l’action.

Bravo à Alice Zeniter pour ce roman dense !

Articles

%d blogueurs aiment cette page :