La place – Annie Ernaux

Pour #AoutEnPoche, je vous présente un classique : La place – Annie Ernaux. Prix Renaudot 1984.

La place - Annie Ernaux
La place – Annie Ernaux

Un nouveau monde de lecture

Vous connaissez cette sensation de lire les 10 premiers pages d’un auteur jamais lu et de sentir que vous allez lire la grande majorité de son œuvre. D’être bien avec lui. D’avoir envie d’en lire plus tout de suite. Cette année, j’a déjà ressenti cette joie avec Virginie Despentes et Sylvain Tesson.

Maintenant avec Annie Ernaux. Auteure connue et reconnue, je ne l’ai jamais lu jusqu’à présent mais là je compte rattraper mon retard.

Le portrait de son père

J’ai été touchée par lecture de ce le livre. Annie Ernaux fait le portrait de son père normand ouvrier et commerçant. Elle raconte la France disparue. De l’avant année 60. Ce petit livre de 100 pages est rempli d’amour et de dignité. Je le recommande à tous.

Comment a-t-il pu passer des mois dans ma PAL sans que je lui prête la moindre attention… Je me demande.

Vous l’avez lu et aimé ? ⠀⠀

Résumé de la maison d’édition

«Enfant, quand je m’efforçais de m’exprimer dans un langage châtié, j’avais l’impression de me jeter dans le vide.

Une de mes frayeurs imaginaires, avoir un père instituteur qui m’aurait obligée à bien parler sans arrêt en détachant les mots. On parlait avec toute la bouche.

Puisque la maîtresse me « reprenait », plus tard j’ai voulu reprendre mon père, lui annoncer que « se parterrer » ou « quart moins d’onze heures » n’existaient pas. Il est entré dans une violente colère. Une autre fois : « Comment voulez-vous que je ne me fasse pas reprendre, si vous parlez mal tout le temps ! » Je pleurais. Il était malheureux. Tout ce qui touche au langage est dans mon souvenir motif de rancœur et de chicanes douloureuses, bien plus que l’argent.»

La place – Annie Ernaux aux éditions Folio

Mes dernières lectures



Le podcast – Lili et la vie : lecture éclectique

%d blogueurs aiment cette page :