Le Palais des orties – Marie Nimier

Aujourd’hui, je vous présente Le Palais des orties de Marie Nimier aux éditions Gallimard. J’ai eu envie de lire ce livre après avoir entendu sa critique dans Le Masque et la plume du 4 octobre 2020.

Le palais des orties Marie Nimier
Le palais des orties Marie Nimier

A LIRE : L’été des oranges amères de Clair Fuller

Urticant

Après avoir repris la ferme familiale, Nora et Simon ont décidé de cultiver des orties. Au moment de la récolte, ils déposent une annonce sur un site de woofing. Fred, une jeune femme arrive à la ferme. Ils vont tenter d’utiliser l’ortie sous toutes ses formes pour continuer à la valoriser et à se débrouiller pour vivre.

Le Palais des Orties de Marie Nimier est le roman du doute. Nora, la narratrice est troublée par l’arrivée de la woofeuse. Elle s’inquiète de l’effet de sa beauté sur son mari. Elle s’inquiète pour l’avenir de l’exploitation familiale. Elle s’inquiète pour tout et va succomber à Fred.

Marie Nimier utilise un procédé courant en fiction : l’arrivée d’un tiers dans un cercle restreint. Qu’est ce qui se passe ? Que cela révèle-t-il de non dit ? Comment vont évoluer les personnages ?

En lisant, j’ai pensé à deux références : Sur la route de Madison, pour le trouble amoureux qui surgit de nul part et L’été des oranges amères de Claire Fuller, pour le trio.

J’ai pris du plaisir à lire cette histoire dans une campagne banale non nommée mais je ne vous la recommande pas forcément.

Vous avez envie de le lire ? Vous l’avez lu ?

Résumé de la maison d’édition

Quelque part en France, une campagne modeste, un peu défigurée. Au fond d’une vallée, à quelques kilomètres d’un village, des hangars recouverts de tôles mangées par la rouille, une ferme où tout serait à reconstruire. Autour, des champs d’orties.

Nora et Simon vivent là avec leurs deux enfants. Ce n’est au départ ni un choix ni un rêve. Ils gagnent leur vie avec une plante que tout le monde arrache. L’ambiance est gaie, plutôt. On se serre les coudes. On est loin du bon vieux temps, loin des exploitations à grande échelle, loin de l’agriculture bio et raisonnée. C’est la débrouille.

Et puis, un jour, arrive une jeune fille avec son sac à dos. Frederica. Fred fait du woofing. Contre le gîte et le couvert, elle offre ses bras.

Le Palais des Orties est un roman d’amour et de métamorphoses, le récit d’une passion brûlante.

Le Palais des orties – Marie Nimier aux éditions Gallimard

Mes dernières lectures

Le podcast – Lili et la vie : lecture éclectique

%d blogueurs aiment cette page :