Début mai, je pars à Nice pour profiter du soleil du Sud de la France sans les hordes de touristes. C’est la destination parfaite pour sortir de l’hiver ! Une mer aux couleurs incroyables à 1h10 de vol de Paris. Un dépaysement sans aller loin. Les paysages sont splendides et les possibilités de marche nombreuses. Le charme des façades et la gentillesse des Niçois rendent cette ville attachante ! Je vous embarque pour 4 jours à Nice.

J1 : Nice, baie des anges

Lundi 3 mai 2021 (fin de la limite des 10 kilomètres !), je pars, à l’aube, de chez moi avec un taxi parisien extra : bavard et drôle, direction Orly pour prendre l’avion pour Nice. Je crois que sans le savoir, il donne le ton à mon voyage : ouverture et bonne humeur.

Au décollage de l’avion, je suis envahie par une grande émotion : le sentiment de mettre ce troisième confinement derrière et de retrouver le goût du voyage et de l’inconnu. L’avion n’est pas plein : un siège vide entre les passagers qui ne se connaissent pas. De nombreux passagers dont moi portent le masque FFP2.

🐸 Point écolo : Je culpabilise de prendre l’avion pour Nice. Une de mes copines m’explique que le meilleur geste écologique que j’ai fait pour la planète est de ne pas faire d’enfant ! Déculpabilisation immédiate.

L’atterrissage à Nice est impressionnant car l’aéroport est au bout de la baie. En fonction du vent, l’avion survole Cannes et le Cap d’Antibes ou Nice. Si vous le pouvez, choisissez une place à côté du hublot, le spectacle vaut le coup.

Pour rejoindre la ville en transport en commun, c’est très facile, il faut prendre le Tram 2 direction Port Lympia (40 minutes jusqu’au port).

Comme nous sommes encore en temps de pandémie et que les restaurants sont fermés, j’ai choisi de louer un Airbnb. C’est une première. Quelques semaines avant, j’ai passé un temps fou sur l’application. Il y a de quoi se perdre face à la multitude des annonces, il est assez difficile de faire le tri. Pour les réticents, comme moi, je recommande de filtrer les annonces avec le critère : Superhost (hôtes reconnus).

Charmant Airbnb

Céline et Charlie m’accueillent dans l’appartement qu’ils louent place Guyemer (entre le port et le Vieux-Nice) pour que je puisse déposer ma valise, le temps que le ménage soit fait. L’appartement a vue sur la mer et sur le port. Il est décoré avec goût et extrêmement bien équipé. Charlie aime la domotique, ce qui me vaudra de parler à Alexa toute la semaine « Alexa, éteins la lumière ! », « Alexa, quel est le nombre d’habitants à Nice ? ». Avec Céline, avons échangé sur la ville et sur les possibilités de promenades. Ils me mettent à l’aise et dans un tempo plus lent.

Je vais écrire une généralité mais tant que tu n’en sors pas, tu ne le vois pas : pourquoi sommes nous autant stressés à Paris ?!? Même les personnes dans la queue du supermarché sont sympas et t’aident ! Ils ne sont pas là en train d’essayer de te doubler.

Conseil : si vous êtes sensible à la luminosité, ne louez pas d’appartement dans le Vieux-Nice, les rues sont toutes étroites, en conséquence les appartements sont sombres.

La promenade des Anglais

Nice - plage depuis la promenade des anglais
Nice – plage depuis la promenade des Anglais

Après, c’est magique ! Je vais me promener sur la promenade des anglais ou la prom’ pour les Niçois. Je profite d’un beau soleil pour faire l’aller/retour (env. 6 km) de la plage et je m’assois un moment dans une fameuse chaise bleue pour contempler la mer ! La couleur de la mer est incroyable, presque hypnotique. Les nuances de bleu sont fascinantes.

Face à la beauté de la baie, j’ai l’impression que quelqu’un ouvre, enfin, les volets après une longue nuit de six mois et me dit : « Regarde, c’est aussi ça la vie ! ». L’immensité de la mer fait un bien fou. Avoir un horizon et non plus l’immeuble d’en face.

J’ai pensé au film Mommy de Xavier Dolan. A un moment, le héros fait du skate dans une rue et le réalisateur change le format du film en ouvrant sur les côtés. J’ai ressenti la même chose. Après avoir regardé pendant des mois au format 1:1, d’un coup, je suis passée à la vue panoramique ! 

Je rentre avec un méchant coup de soleil sur le front mais libérée des contraintes des derniers mois et prête à continuer la découverte de Nice.

J2 : Nice, port, parc et culture

Nice - port Lympia - mai 2021
Nice – port Lympia

Le port de plaisance

Mardi 4 mai matin, je pars faire le tour du port de Nice. Le plus impression quand on sort du tram est que l’on se retrouve face au port. Face aux yachts. Ils sont peu nombreux : une vingtaine mais de toutes tailles. Le plus grand est le Quantum blue qui appartient à un oligarque ukrainien. Je n’aime pas les yachts. C’est une de mes réticences à venir dans le sud de la France, c’est d’être confrontée à une richesse clinquante.

Nice - Pointus dans le port Lympia- mai 2021
Nice – Pointus dans le port Lympia

Le port à d’autres richesses comme les pointus. Les pointus de Nice sont des petites embarcations colorées qui sont l’emblème de Nice et ont un emplacement réservé dans le port. Ils sont alignés à côté les uns des autres. Un Niçois repeint son bateau en jaune. Bien loin, du gigantisme des yachts.

La météo est une nouvelle parfaite en ce début du mois de mai. Il fait 20°C. Le port est quasi désert. Des lycéens sont assis au bord des pontons en train de discuter et draguer et quelques Niçois se baladent à pied ou à vélo.

Je me sens bien à Nice, je sifflote tranquillement en prenant des photos. Je m’émerveille des façades des immeubles.

La colline du château

Après le tour du port Lympia, je monte les marches pour le parc de la colline du château entre le Vieux-Nice et le port. Les escaliers côté Vieux sont raides et longs. Des jeunes essaient de les monter en courant sans s’arrêter et échouent sauf un !

Nice - Baie des Anges et Vieux-Nice
Nice – Baie des Anges et Vieux-Nice

La colline offre sous les arbres des belvédères pour admirer la ville. Le parc est ombragé. Il est équipé d’espaces de jeux pour les enfants. Une grande pelouse verte permet de se poser pour lire ou pique-niquer. En ce moment, il est utilisé par les scolaires pour faire du sport. Ce matin, des collégiens jouent au foot pendant que d’autres font une course d’orientation. Des hommes et des femmes sont assis sur les bancs ou promènent leur chien. C’est un espace de calme dans une ville bruyante. Une buvette est ouverte pour prendre un café ou une boisson fraîche. Différentes espèces de plantes côtoient des pins, des cactus, des oiseaux de paradis… Les points de vue sur la vieille ville, sur le port, sur la promenade sont magnifiques. Commencer par la colline du château donne un large aperçu de la partie front de mer de la ville.

Vieux-Nice
Vieux-Nice

La très bonne nouvelle de la fin de la matinée est que le port du masque n’est plus obligatoire sur la plage et dans les parcs. C’est encore plus formidable ! On ne va pas se mentir, le port du masque est bien moins respecté qu’ailleurs, ce qui fait mon affaire, vu que nous sommes en extérieur et qu’il n’y a pas grand monde.

La bibliothèque de Nice

L’après-midi, je prends mon micro et mon enregistreur et je file à la bibliothèque de Nice. J’ai le plaisir d’interviewer Françoise Michelizza, la directrice pour le podcast. Nous échangeons sur la ville, la lecture, la gestion d’une bibliothèque, les auteurs niçois, Romain Gary… Une autre façon d’approfondir cette ville. L’épisode est en cours de montage. Il sortira dans quelques semaines.

Ensuite, en tenue de ville, je fais une petite boucle dans la ville. Je passe devant le Théâtre National de Nice occupé. L’Assemblée Générale se tient dehors dans le parc en face. La question du jour : Faut-il continuer le mouvement si le Théâtre de l’Odéon arrête ? De mon côté, j’ai hâte de retrouver le spectacle vivant !

Après une déambulation dans les rues dont les commerces sont fermés pour cause de confinement, j’arrive sur la place la plus emblématique de Nice : la place Masséna. Reconnaissable par ses façades, son sol en damier et ses statues qui s’illuminent.

Dans la rue France, une des grandes rues commerçantes, je m’arrête à la maison Canel pour trouver les bonbons emblématiques de la Côte d’Azur. Ma grand-mère en ramenait à chaque voyage à Nice.

J3 : Nice et la mer

Le sentier du Littoral du port Lympia à Villefranche sur Mer

Nice - départ du sentier du littoral
Nice – départ du sentier du littoral

Mercredi 5 mai, je décide de partir pour la matinée faire le sentier du littoral. Ce chemin m’a été conseillé par mes hôtes Airbnb et sur un site internet Le journal d’une Niçoise.

Pour vous faciliter le repérage, le sentier est signalé sur Google Maps.

Le parcours du sentier du littoral est expliqué sur le site de l’Office de tourisme de Nice. Il fait 2,4 km. Il est possible de le faire et ensuite de récupérer le bus à Villefranche ou de faire l’aller/retour.

Le chemin commence au niveau du Jardin Félix Rainaud, après le restaurant « la Réserve ». Il est déconseillé de le faire lorsqu’il y a du vent. Le chemin longe la côte à part une partie où l’on suit une route. Vous vous souviendrez de la remontée dans la première partie. C’est un enchaînement de marches qui vaut une séance de step. Je recommande de porter des bonnes baskets pour être à l’aise. Le chemin n’est pas plat.

Nice - sentier du littoral
Nice – sentier du littoral

Cette marche vaut vraiment le détour. Les vues sont exceptionnelles sur la Méditerranée et la presqu’ïle de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Le chemin est très agréable à l’abri des pins ou à découvert. Il est peu fréquenté. Je discute avec un randonneur qui est en itinérance, sur plusieurs jours, de Nice jusqu’à Menton. Il me redonne goût et envie de repartir en itinérance.

Quand j’arrive dans la rade de Villefranche sur Mer, le soleil chauffe. Je décide de pique niquer et ensuite de continuer avec le tour de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Malheureusement, les terrasses sont encore fermées. Je trouve une boulangerie dans le haut de la ville et je redescends manger à l’ombre devant la baie.

Villefranche – Tour de Saint-Jean-Cap-Ferrat – Villa Kérylos

Saint-Jean_Cap-Ferrat - Plage des passables
Saint-Jean_Cap-Ferrat – Plage des passables

La veille, j’ai repéré qu’il est possible de faire le tour de la presqu’île. Un sentier fait pratiquement tout le tour sauf sur une portion (la loi du littoral n’est pas respectée). Pour rejoindre Saint-Jean-Cap-Ferrat, il faut marcher le long de la plage de sable (!) de Villefranche et ensuite de remonter par un escalier pour rejoindre la promenade des Marinières et l’avenue Louise Bordes. Ensuite, je tourne à droite et longe l’avenue de Grasseuil.

Là, je suis dans un autre monde. Vu la taille des clôtures et des portails, je me doute qu’il ne s’agit pas d’une simple bicoque derrière l’enceinte surveillée par de nombreuses caméras de surveillance. C’est impressionnant d’être d’un coup, propulsée dans l’utra richesse. Saint-Jean-Cap-Ferrat est la commune où le m2 est le plus cher au monde ! Dans le club des milliardaires, il fait bien d’avoir une villa ici. On peut les comprendre, vu l’environnement.

Le sentier commence à la plage des Passables. C’est parti pour découvrir la côte sauvage de la presqu’île. Ce chemin est magnifique. Il est escarpé mais praticable. Les vues sont toutes plus belles les unes que les autres. Le jasmin est odorant. Je croise un peu des monde. Des jeunes qui bronzent sur des rochers. Une habitante à la silhouette parfaite qui promène son chien. Des amies randonneuses qui marchent d’un bon train. Des couples qui flânent.

Saint-Jean-Cap-Ferrat - Phare
Saint-Jean-Cap-Ferrat – Phare

Au bout de la presqu’île, le phare de Saint-Jean-Cap-Ferrat marque le changement. Les rochers sont érodés par la mer. Le paysage est presque breton. Puis le sentier s’élargit et fait place à une artère où les vélos et poussettes peuvent circuler facilement.

Saint-Jean-Cap-Ferrat - Paloma Beach
Saint-Jean-Cap-Ferrat – Paloma Beach

Ensuite, il y a deux possibilités : soit rejoindre le centre de la commune ou faire le tour de bande de terre à droite, en passant par la pointe Sainte Hospice. Je vous recommande de faire le tour. Ca vaut le détour ! Le chemin redevient un plus escarpé mais de manière très discrète. La vue est toujours aussi belle. La méditerranée est paisible. A la pointe de Sainte Hospice, on bascule sur l’autre partie avec la vue sur l’Anse de la Scaletta et le port de Saint-Jean-Cap-Ferrat.

Je ne suis pas plage mais Paloma Beach donne très envie de s’arrêter plonger une tête dans le bleu azur de l’eau. Quelques jeunes sont allongés sur les cailloux. Je suis impressionnée par les corps parfaits. Loin de la plage de Villefranche. Un tournage de film est en cours.

Villa Kérylos
Beaulieu sur Mer – Villa Kérylos

Ensuite le parcours passe par le petit centre ville très propre et longe le port. La fin du tour se fait sur la Promenade Maurice Rouvier avec la vue sur la Villa Kérylos et Beaulieu sur Mer. Le livre Villa Kérylos d’Adrien Goetz est dans ma PAL de cet été.

Pour rentrer à Nice, il faut prendre le bus en bas, près de la plage. Je ne sais pas pourquoi (la fatigue peut être), j’ai envie d’innover et je monte (alors que j’en ai plein les jambes) dans Beaulieu. Je ne sais pas bien comment mais je me retrouve dans une petite rue avec trois mecs de face sortis tout droit du Parrain. Ils ont 25 ans, habillés en noir, type méditerranéen et une violence entrée. Je suis persuadée qu’ils font partis de la mafia. Je ne fais pas ma maligne mais je rigole toute seule après coup.

Le bilan de la journée : je suis passée dans la machine à laver de la Côte d’Azur sans la pluie. Il a fait un temps idéal malgré le vent pour faire un enchaînement de sentiers. Les paysages sont sublimes. Je vous recommande fortement cet itinéraire à faire au printemps et à l’automne.

Je ne pensais pas faire autant de kilomètres (même si ce n’est pas tant que ça) mais j’ai les jambes (hyper heureuse de retrouver des sensations) et les vues donnaient envie de continuer encore et encore. J’ai adoré longer la mer toute la journée. En plus ce parcours est top car il passe par des communes très différentes. Un panorama de la Côte d’Azur !

Bon, ce soir, j’ai quand même les jambes fourbues. De l’arnigel et ça repart !

J4 : Plage et Vieux Nice

Nice - Toutes les nuances de bleu
Nice – Toutes les nuances de bleu

La Prom’

Jeudi 6 mai vers 8h30, je pars marcher sur la Promenade des Anglais pour profiter de la lumière matinale. Nice est une ville où le physique a son importance. Les Niçois prennent soin d’eux et essaient de retarder les effets de l’âge.

En commençant ma promenade, je vois une femme d’une quarantaine d’années, en tenue de sport rose en train de faire des fentes aidée par son coach, musique à fond sur une enceinte portable, juste à côté du #IloveNice. Au bord de l’eau, un homme fait des exercices de musculation en short noir et serviette assorti. Sur la Promenade, des hommes et des femmes courent. Des hommes par petits groupes en tenue de cycliste pédalent bon train. Le mobilier urbain est mis à rude épreuve. Un coureur se sert de la rambarde pour s’étirer. Une autre fait des squats.

Je suis déroutée de les voir s’agiter dans tous les sens. Tous ces sportifs me fileraient presque des complexes.

Le Vieux

Le Vieux-Nice est très difficile à photographier. Il se vit. 🧡

Toute la semaine, je l’ai traversé à des différents moments de la journée. J’ai entendu les cris des enfants à la sortie de l’école. J’ai aperçu les quelques magasins ouverts tirant leur rideau. J’ai vu la boucherie animée à midi. J’ai vu des ouvriers rénover les façades, des ambulanciers ramener une vieille personne à son domicile.

Vieux-Nice - place Rosseti
Vieux-Nice – place Rosseti

Cet après-midi, je suis assise place Rosseti avec ma glace fraise réglisse de @fenocchio, le meilleur glacier de Nice. Les skateurs ados essaient de faire des figures sur les trois marches de la place à côté de la fontaine. Un enfant fait du roller. Les skates claquent à chaque figure. La luminosité de cette fin d’après-midi illumine les façades ocres aux volets verts. Une artiste et son guitariste chantent Amy Whinehouse. Nous sommes une dizaine à profiter de la douceur de l’air. Un moment parfait.

Je souhaite à la ville de Nice de retrouver son attractivité touristique rapidement mais j’ai adoré passer la semaine à observer les Niçois vivre. Les voir évoluer dans leur ville sans être déranger par les touristes. Oui, les terrasses n’étaient pas animées et certains la trouvent terne. Elle m’a plu comme elle aujourd’hui. 

Les vagues

En cet fin d’après-midi, le vent agite la Méditerranée. Des vagues se forment et viennent s’échouer sur les galets. Impossible de ne pas penser à Brice de Nice ;).

A l’heure du départ

Je n’ai vu qu’une infime partie de Nice, je ne m’aventure pas à une conclusion. Je me suis concentrée sur ce qui me fait du bien après cette année de brouillard pandémique : prendre l’air avec la mer en fond. Cette destination a réveillé tous mes sens et m’a donné de nouvelles envies.

Je pars le cœur léger car je sais que je reviendrai prochainement.

Nice - les chaises bleues
Nice – les chaises bleues

Autre hébergement

La Casa Musa – Nice (réservé en avril mais annulé pour cause de confinement)

Infos pratiques

  • Vol depuis Paris (1h10) : Air France ou EasyJet
  • En train
  • Tramway et bus à Nice : Lignes Azur

Activités

Librairies à Nice

Cette sélection est faite par AgathoChroustie, abonné de Lilietlavie

A lire

FITZGERALD F. Scott, Tendre est la nuit

MANOTTI Dominique, Or Noir

SFAR Joan, Le Niçois (abandonné à Nice, je n’ai pas du tout aimé le style)

Livres recommandés par la bibliothèque de Nice

GALLO Max : La Baie des anges (plusieurs volumes)

HART Alfred : La Saga des Mogliano : La Porte fausse, La Ginestière, Giotta, Le Pont du Var

NUCERA Louis : Le Chemin de la lanterne , L’Avenue des diables bleus

MILLE Raoul : Le Paradis des tempêtes , Ma Rivièra .

GRISOLIA Michel