Mardi dernier, je suis allée à la générale de La flûte enchantée à l’Opéra de Paris. J’ai eu envie de voir le dernier opéra de Mozart. Créé en 1791 pour ses amis du Theater auf der Wieden dans les faubourgs de Vienne, ces airs sont très connus dont l’emblématique chant de la Reine de la Nuit. En extrait dans le corps de l’article.

La flûte désenchantée

Pour écrire cette chronique, je me suis fait aider de mes voisins d’opéra. C’est la première fois que je vais à l’opéra et qu’il ne se passe à rien. Je suis restée en retrait devant La flûte enchantée.

Je n’aime pas être indifférente devant des œuvres majeures du répertoire. Je préfère être dans le rejet. Cet hiver, j’ai bougonné devant une catastrophique générale de Manon de Jules Massenet. J’avais des arguments solides : les voix, le jeu, la mise en scène mais là, je n’ai pas grand chose.

Samedi 16 septembre, j’étais à une conférence sur L’art de la critique organisé par le Festival du Monde. Le critique de cinéma Pierre Murat expliquait que cela ne le dérange pas d’être un critique repoussoir car au moins il sert à quelque chose. Quand il dit qu’un film est mauvais, certains iront en se disant que si lui n’a pas aimé, il devrait l’aimer. Je le rejoins. Je n’aime pas être neutre.

Je reviens à La flûte enchantée. Librement adaptée d’un conte autrichien, Tamino part à la recherche d’une princesse emprisonnée, Pamina, dont il est tombé fou amoureux en voyant son portrait. Il part accompagné de Papageno à sa recherche. Le prince devra gagner des épreuves afin de pouvoir embrasser la princesse. Franc-maçon Mozart et son librettiste se sont inspirés des rites de passage et des symboles.

La flûte enchantée - Opéra de Paris
La flûte enchantée – Opéra de Paris

La mise en scène de Robert Carsen ne nous a pas séduit sauf une de mes amies qui aime l’imaginaire et s’y retrouve. Nous sommes restés stoïques devant une platitude. Cet opéra est joué en allemand avec beaucoup de passages parlé, ce qui n’est pas désagréable.

Le standard de la Reine de la nuit a été très bien interprétée par Caroline Wettergreen. Une prouesse vocale et un plaisir à l’écoute.

La fatigue l’a emporté sur La flûte enchantée et Mozart. J’ai lâché l’affaire après l’entracte et profité du confort de mon siège pour me détendre et attendre patiemment la fin en me demandant ce que j’allais bien pouvoir écrire dessus.

Au prix des places, je ne vous recommande pas cet opéra dans cette mise en scène à Bastille.

La bonne nouvelle est que la première samedi soir était complète. De bonnes augures pour la suite.

Avant de tirer un trait définitif sur La flûte enchantée, il serait intéressant de voir une autre mise en scène. C’est possible ! L’Opéra Royal de Versailles propose La flûte enchantée du 27 déc au 1er janvier 2023 dans une mise en scène très différente.

La flûte enchantée de Mozart

Infos pratiques

La flûte enchantée Opéra de Paris – Bastille  Mozart – jusqu’au 19 novembre 2022 – 3h05 avec 1 entracte. En allemand surtitré en français. Pour en savoir plus : operadeparis.fr. Il reste des places.

Pour trouver des places abordables : la bourse aux places de l’opéra.

Pour aller plus loin sur Mozart et La flûte enchantée

L’émission Musicopolis : Mozart La Flûte enchantée, l’opéra des amis présentée par Anne-Charlotte Rémond sur France Musique. Elle raconte la création de La Flûte enchantée à Vienne en 1791. 🎧Ecouter l’épisode

Opéra sur le blog

Opéra saison 22/23 sur le blog

Saison 22/23 sur le blog