En ce moment, une des questions qui nous occupent le plus avec mes amis est pourquoi on écoute de la musique ? La question paraît simpliste mais tant que ça quand on la creuse.

Depuis septembre, je suis des cours d’histoire de la musique classique à la Philharmonie de Paris. L’institution parisienne propose plusieurs cycles de conférences de culture musicale. Ce cycle de conférences sur les différents courants de la musique classique à travers les siècles entraîne des questionnements sur nos goûts musicaux classiques et contemporains et sur nos pratiques d’écoute.

Plateforme ou CD ?

Autour de moi, il y a deux écoles : ceux qui sont comme moi, abonnés à une plateforme de musique et qui écoutent de la musique partout tout le temps avec leur casque ou leurs écouteurs et les autres qui ont encore des CD et une chaîne HIFI. Ils sont attachés à l’objet et le sacralisent. 

Quel que soit le support, écouter de la musique est pour nous une activité quotidienne. On ne peut quasiment pas s’en passer. Cette pratique est instinctive et irréfléchie. C’est un réflexe de mettre son casque et de lancer sa plateforme ou de mettre un CD dans sa chaîne et d’appuyer sur le bouton play.

On ne s’interroge plus sur nos pratiques. C’est en parlant de Beethoven que nous nous sommes rendus compte que nous avions des pratiques très différentes et assez abscons pour les autres. En revanche, ce qui nous réunit tous, c’est la passion. 

C’est en découvrant la personnalité particulière de Beethoven que j’ai compris pourquoi je l’aimais tant. Le pourquoi je l’écoutais. Sa musique reflète mon état intérieur. Réputé hypersensible avec un foutu caractère, il voulait que sa musique passe du cœur au cœur. Aucune autre musique que ces symphonies reflète ce qui se passe en permanence dans ma tête. En une journée, j’alterne des mouvements lents et des mouvements tempétueux sans être cyclothymique.

Les raisons pour lesquelles j’écoute de la musique :

En premier, je mets de la musique dans les transports en commun pour me mettre dans ma bulle et me couper de la promiscuité ou me protéger du bruit.

J’écoute de la musique pour accompagner mes émotions quand elles sont fortes. Je me rends compte que j’écoute de la musique pour les intensifier encore plus. Je ne contrebalance pas avec une musique douce pour les calmer. Je les vis à fond.

Quand je travaille, je peux écouter de la musique instrumentale pour me concentrer. Bach est le meilleur pour cela. 

J’adore aussi écouter de la musique très fort dans une maison car je ne peux le faire dans mon appartement parisien. Grosse grosse frustration !

Contre les crises d’anxiété, j’écoute la même musique en boucle ce qui entraîne aucune nouveauté et me rassure.

Enfin, j’adore les concerts pour vivre un événement collectif à la Philharmonie ou à l’Auditorium de Radio France. Le son doit être d’une très grande qualité.

Et toi, pourquoi écoutes-tu de la musique ? 

Informations pratiques

Cycles de conférences de culture musicale – Philharmonie de Paris 2022 – 2023 site web

Le b.a.-ba de la musique classique

Saison 2022/2023