Aujourd’hui, je vous présente Une apparition de Sophie Fontanel.

Cheveux gris

Depuis plusieurs mois, avec Julien, mon coloriste, nous évoquons l’idée d’arrêter de me teindre les cheveux et d’assumer mon gris/blanc. J’en ai marre de gérer mes racines toutes les six semaines. S’ils n’étaient pas colorés, mes cheveux seraient plus denses et moins secs.

Mais j’ai peur de vieillir d’un coup !

Emilie

J’ai la chance (merci maman) de ne pas faire mes 41 ans. Souvent, on m’en donne cinq de moins et je reconnais que je ne crache pas dessus. 😉 Pour le moment, je profite que mes cheveux se soient éclaircis au soleil pour retarder la prise de décision de les reteindre ou pas à la rentrée. A chaque fois que je penche la tête devant une glace ou que je passe dans un miroir dans la rue, je frémis de voir mes racines… Il faut dire que j’ai hérité des cheveux blancs de mon père. Ma mère en a beaucoup moins que moi.

En discutant avec Julien, il m’a expliqué qu’il pouvait gérer l’entre deux en les décolorant et en les patinant en gris. Durée de l’opération : 7 heures. Je ne sais pas si je suis prête à y passer la journée sans avoir une idée précise du rendu.

Mes copines sont dans les deux team naturel et cheveux colorés. Vous avez fait la transition ? Vous assumez vos cheveux blancs ? Racontez moi !!! J’aime vieillir. Je suis bien mieux dans ma peau à 40 qu’à 20 mais vieillir des cheveux ne me fait pas plaisir.

L’expérience de Sophie Fontanel

Pour m’aider dans cette réflexion, j’ai lu l’excellent livre de Sophie Fontanel sur le sujet. A cinquante-trois, Sophie décide de ne plus se teindre ses cheveux en marron et d’assumer sa chevelure blanche. Elle fait le choix de ne pas se couper les cheveux, ni de les décolorer pour accélérer la transition. Elle les laisse pousser au fur et à mesure et raconte son expérience sur Instagram.

Son livre m’a fait prendre conscience d’idées reçues et d’injonctions que je n’avais pas sur les cheveux gris. Je pensais que c’était seulement entre mon visage et moi. Mon rapport au corps et à mon âge. C’est un peu plus complexe.

Je réalise que si je fait le choix des cheveux gris, je sors du « marché de la bonne meuf » dixit Virginie Despentes. Comme je n’y suis déjà pas, je peux en sortir : « les hommes ne veulent pas coucher avec une femme aux cheveux blancs« , « je ne veux pas que ma femme fasse comme vous… » sont des phrases entendues par Sophie Fontanel.

Dans son récit, l’auteure partage l’avis de chacun sur ses cheveux zèbres. Les femmes la trouvent souvent courageuses car elles n’osent pas franchir le cap.

Je recommande ce livre à toutes celles qui se posent la question de passer le cap du gris. Je n’ai pas fait mon choix. Je ne sais pas si, dans quelques semaines, j’aurais complètement transitionner (je sais on dit transiter mais transitionner montre la lenteur du processus) vers le gris ou pas encore ou pas du tout.

Pour le moment, je reste dans un entre deux avec mes racines visibles. Sophie évoque un chemin et une liberté. Je la crois.

Vous l’avez lu et aimé ?

Livre emprunté à la bibliothèque de Paris et lu sur liseuse.

Une apparition - Sophie Fontanel
Une apparition – Sophie Fontanel

Résumé de la maison d’édition

Et si tout ce qu’on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si l’heure de la teinture était révolue ? Et si on sonnait le glas des angoisses et des servitudes ?

C’est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, un soir d’été, décide d’arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Comme elle est écrivain, elle en fait un livre, sorte de journal romancé de ce qu’elle n’hésite pas à appeler une « naissance ».

Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l’âge embellit aussi les femmes et que les hommes n’ont pas pour les cheveux blancs l’aversion qu’on supposait. Elle découvre que notre société n’attendait qu’un signal, au fond, pour s’ouvrir à une splendeur inédite, d’une puissance extraordinaire.
Ce roman est une fête. Celle de la liberté.

« Récit drôle et pertinent. Sincère et à méditer. » Biba

« Une écriture mordante. » CNews

Une apparition de Sophie Fontanel aux éditions Pocket – 224 pages

Sophie Fontanel sur le blog

La vocation (à venir)